Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresSystème analytique des connaissances positives de l’homme
Navigation dans le document
|<  << Page : 154 >> >|
tres, il offre, dans ses qualités et l’étendue de ses facultés, les 
contrastes les plus opposés, les extrêmes les plus remarquables. 
Effectivement, cet être, en quelque sorte incompréhensible, présente en lui, 
soit le maximum des meilleures qualités, soit celui des plus mauvaises ; car il 
donne des exemples de bonté, de bienfaisance, de générosité, etc., tels 
qu’aucun autre n’en saurait fournir de pareils ; et il en donne aussi de 
dureté, de méchanceté, de cruauté et de barbarie même, tels encore que les 
animaux les plus féroces ne sauraient les égaler. Relativement à ses 
penchans, tantôt dirigé par la raison et par une intelligence supérieure, il 
montre les inclinations les plus nobles, un amour constant pour la vérité, 
pour les connaissances positives de tout genre, pour le bien sous tous les 
rapports, pour la justice, l’honneur, etc. ; et tantôt, se livrant à 
l’égoïsme (1), 

(1)L’homme, par son égoïsme trop peu clairvoyant pour ses propres 
intérêts, par son penchant à jouir de tout ce qui est à sa disposition, en 
un mot, par son insouciance pour l’avenir et pour ses semblables, semble 
travailler à l’anéantissement de ses moyens de conservation et à la 
destruction même de sa propre espèce. En détruisant partout les grands 
végétaux qui protégeaient le sol, pour des objets qui satisfont son avidité 
du moment, il amène rapidement à la stérilité ce sol qu’il 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.