Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresPhilosophie zoologique
Navigation dans le document
|<  << Page : 257 >> >|
son col s' est tellement allongé, que la giraffe, sans se dresser sur les 
jambes de derrière, élève sa tête et atteint à six mètres de hauteur 
(près de vingt pieds).
 

Parmi les oiseaux, les autruches, privées de la faculté de voler, et élevées 
sur des jambes très-hautes, doivent vraisemblablement leur conformation 
singulière à des circonstances analogues.
 

Le produit des habitudes est tout aussi remarquable dans les mammifères 
carnassiers, qu' il l' est dans les herbivores ; mais il présente des effets d' 
un autre genre.
 

En effet, ceux de ces mammifères qui se sont habitués, ainsi que leur race, 
soit à grimper, soit à gratter pour creuser la terre, soit à déchirer pour 
attaquer et mettre à mort les autres animaux dont ils font leur proie, ont eu 
besoin de se servir des doigts de leurs pieds : or, cette habitude a favorisé 
la séparation de leurs doigts, et leur a formé les griffes dont nous les 
voyons armés.
 

Mais, parmi les carnassiers, il s' en trouve qui sont obligés d' employer la 
course pour attraper leur proie : or, celui de ces animaux que le besoin, et 
conséquemment que l' habitude de déchirer avec ses griffes, ont mis dans le 
cas, tous les jours, de les enfoncer profondément dans le corps d' un autre 
animal, afin de s' y accrocher, 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.