Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresPhilosophie zoologique
|<  << Page : 256 >> >|
a donné lieu aux mêmes produits à leur égard. Les animaux ruminans ne 
pouvant employer leurs pieds qu' à les soutenir, et ayant peu  de force dans 
leurs mâchoires, qui ne sont exercées qu' à couper et broyer l' herbe, ne 
peuvent se battre qu' à coups de tête, en dirigeant l' un contre l' autre le 
vertex de cette partie.
 

Dans leurs accès de colère, qui sont fréquens, surtout entre les mâles, leur 
sentiment intérieur, par ses efforts, dirige plus fortement les fluides vers 
cette partie de leur tête, et il s' y fait une sécrétion de matière cornée 
dans les uns, et de matière osseuse mélangée de matière cornée dans les 
autres, qui donne lieu à des protubérances solides : de là l' origine des 
cornes et des bois, dont la plupart de ces animaux ont la tête armée. 
Relativement aux habitudes, il est curieux d' en observer le produit dans la 
forme particulière et la taille de la giraffe (camelo-pardalis) : on sait que 
cet animal, le plus grand des mammifères, habite l' intérieur de l' Afrique, 
et qu' il vit dans des lieux où la terre, presque toujours aride et sans 
herbage, l' oblige de brouter le feuillage des arbres, et de s' efforcer  
continuellement d' y atteindre. Il est résulté de cette habitude, soutenue, 
depuis long-temps, dans tous les individus de sa race, que  ses jambes de devant 
sont devenues plus longues que celles de derrière, et que 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.